"Le Seigneur des Salauds: Ciel! Mon Bilbon!"

Publié le par Le Duo Comique

Affiche de "Ciel! Mon Bilbon" Détournement du film "Le Seigneur des Anneaux : La Communauté de l'Anneaux" de P.Jackson

Affiche de "Ciel! Mon Bilbon" Détournement du film "Le Seigneur des Anneaux : La Communauté de l'Anneaux" de P.Jackson

"Le Seigneur des Salauds: Ciel! Mon Bilbon" est le détournement du film "Le Seigneur des Anneaux : La Communauté de l'Anneau" de P.Jackson. Nous vous mettons à disposition son synopsis pour vous faire découvrir l'intrigue dans son ensemble. Si vous voulez voir comment une certaine partie de l'histoire donne en image, cliquez sur le texte correspondant.

Synopsis:

Il était une fois un magicien nommé Gandalf. Celui-ci travaillait chez Saroumane-le-Blanc, un autre magicien, en tant que technicien de surface jusqu'à ce qu'il se fasse virer. Gandalf décida alors de reprendre ses deux activités favorites à savoir traîner au sex-shop et « emmerder » les Hobbits, de petites gens simples et agréables dans l'ensemble. Alors qu'il se rend à Hobbitbourg, Gandalf croise la route de Frodon, un Hobbit qui n'apprécie que son oncle Bilbon et les romans érotiques. Gandalf apprend alors que ce jour est celui des anniversaires de Frodon et Bilbon. Il apprendra aussi qu'un surnom lui a été attribué dans tout le pays : le « Gros Connard » ou le « Grand Connard » selon les régions.

Frodon l'ayant quitté, Gandalf se rend chez Bilbon, le premier Hobbit qu'il a croisé dans sa vie. Au fil de leur conversation, on apprendra que le surnom de Gandalf vient de Bilbon et que le goût des lectures érotiques de Frodon serait directement lié à une soirée mémorable orchestrée par le magicien.

Après que Gandalf ait transformé en grenouille tante Ygerne, une horrible femme voulant récupérer son teckel transformé en paillasson par Bilbon, la fête d'anniversaire commence. Bilbon en profite pour faire un discours. Il fait comprendre à ses voisins qu'il ne peut plus les supporter et qu'il a besoin de voir des gens plus développés, à savoir les Elfes. Son discours fini, il disparaît comme par enchantement. Il s'est en fait rendu invisible afin de se rendre tranquillement dans sa maison mais Gandalf l'a devancé. Gandalf se rend compte que Bilbon possède un anneau mais pas n'importe lequel. Cet anneau est la dernière relique des anciennes usines Sauron&Cie et il a causé leur faillite. En effet il contient un produit permettant d'améliorer son éclat mais malheureusement celui-ci inflige des effets négatifs et aléatoires sur celui qui le porte. Il semblerait cependant que l'invisibilité soit commune à tous les porteurs. Gandalf parvient à faire avouer à Bilbon qu'il a volé l'anneau et le convainc de ne pas partir avec. Bilbon s'en va ainsi chez les Elfes, libre.

Frodon débarque soudain. Il trouve l'anneau par terre et demande à Gandalf où se trouve Bilbon. Gandalf à alors un éclair de génie, une occasion unique de se payer la tête de Frodon. Il lui fait croire que Bilbon s'est transformé en anneau, que cette situation est de la faute de Frodon et part, laissant Frodon seul avec son anneau et son tourment.

Quelques jours, mois ou ans plus tard, on ne sait pas vraiment, Gandalf réapparaît chez Frodon. Il lui demande l'anneau et le jette au feu. Il le redonne ensuite, bouillant, à Frodon. Des signes apparaissent sur l'anneau, cependant Frodon ne parvient pas à les lire. Gandalf, toujours dans l'idée de se fiche de Frodon, les interprète ainsi : « Mon cher neveu, prends tes clics et tes clacs et emmène moi au Mordor. Merci et bon courage ». Gandalf fait alors croire à Frodon que Bilbon (sous la forme de l'anneau) veut se rendre au cirque de Sauroni, au Mordor car, en effet Sauron&Cie aillant fait faillite, son créateur a décidé de monter un cirque permanent au Mordor près d'un ancien fourneau, dernier vestige de ses usines. Gandalf le sait, si l'on veut débarrasser le monde de l'anneau c'est dans ce fourneau qu'il faut le jeter. Il semble aussi pour lui que l'anneau n'a pas d'effets sur Frodon, c'est donc le candidat idéal. Mais Frodon préfère attendre que Bilbon reprenne sa forme original avant de l'emmener. Gandalf ne sait plus quoi faire quand soudain Frodon s'excite, il vient de se faire dessus et il est sûr que cela vient de l'anneau, ce que Gandalf confirme. Ce dernier joue alors encore la comédie en simulant une communication télépathique avec Bilbon, suggérant à Frodon de l'emmener à Fondcombe, chez les Elfes car eux seuls pourront faire retrouver à Bilbon sa forme normale. Le but de Gandalf est en fait de faire venir l'anneau au conseil quasi-annuel et inter-communautaire qui se tient chez les Elfes lorsqu'un problème grave est à résoudre. Frodon s'y résout et part avec Sam son jardinier-esclave (qu'il appelle affectueusement Samichou au grand dam de celui-ci) vers le Poney Fringant, première étape de leur voyage où viendra les rejoindre Gandalf.

Alors que Sam se plaint, ce qui ne doit pas faire parti de sa fonction, ils sont bientôt rejoins par Pippin et Merry, deux Hobbits inséparables, poursuivi par une faux maléfique. Après avoir échappé à la faux et ensuite à un étrange cavalier vêtu de noir, chasseur de champiboums (des champignons explosifs), nos quatre Hobbits arrivent au Poney Fringant. L'aubergiste leur apprend que Gandalf n'est pas là. Pour passer le temps, ils décident donc de prendre des consommations. Le causant Pippin décide de rejoindre un groupe d'hommes attablés au comptoir. Au fil de la conversation, il insulte ses camarades. Frodon ne pouvant le laisser faire cours vers lui afin d'intervenir mais trébuche au moment même où les plombs sautent. C'est la panique dans le noir. Cependant, la lumière revenue, Frodon est emmené de force dans une chambre par un étrange homme. L'homme se présente comme un ami de Gandalf et leur indique qu'ils vont continuer la route ensemble. Quelques jours plus tard, après des heures de marche, des piqûres de moustiques et des prises de becs, notre équipage arrive à l'île champignon. Aragorn fait alors don aux Hobbits de dagues elfiques afin qu'ils puissent se défendre. Le soir tombé, tandis que Frodon dort et qu'Aragorn est parti pécher, les Hobbits décident de tester les dagues elfiques. Par chance, il possède un ragondin sur lequel Pippin s'était malencontreusement assis. Après l'avoir décapité, et donc vérifier que les dagues coupaient bien, ils décident de le cuisiner. Le bruit et les odeurs réveillent Frodon qui demande à ses congénères ce qu'ils fabriquent. Il se rend alors compte que ceux-ci sont en train de déguster Jean-Claude, son ragondin. Une bagarre s'ensuit qui finira par l'embrochement de Frodon par Sam. Le groupe se remet en route tant bien que mal. Soudain, alors qu'ils faisaient une pause pipi-manger, Arwen une bombe elfique se pointe. Devant le constat d'incompétence d'Aragorn que ce soit en amour, en soin ou en cuisine, elle décide de prendre les choses (ici Frodon) en mains et d'emmener le blessé à son père, Elrond.

Frodon se réveille dans un lit à Fondcombe, à côté duquel se trouve Gandalf, sûrement posé là intentionnellement. Celui-ci lui apprend que ces « amis » sont en train de jouer au strip-poker dans la pièce d'à côté. Frodon demande alors à Gandalf pourquoi il n'était pas à l'auberge. Celui-ci se remémore ce qu'il faisait à ce moment-là à savoir de la voltige aérienne sur le dos d'un aigle géant et répond simplement qu'il était occupé. C'est alors que Sam surgit de la pièce se confondant en excuses. Il aurait, parait-il, essayer de se suicider.

Au détour d'un couloir, Frodon tombe sur Bilbon et lui raconte ses dernières péripéties, farfelues aux yeux de celui-ci. Plus tard, Frodon rejoint Sam à qui il confit son inquiétude. Pour lui en effet, le Bilbon qu'on lui a présenté n'est pas le vrai car il possède toujours l'anneau. Tout cela ne serait donc qu'une « horrible machination ». Témoin de cet échange, Gandalf commence à paniquer et l'avoue à Elrond. Celui-ci n'en a cure, Gandalf n'étant pour lui qu'un type odieux avec les Hobbits et qui ne mérite pas son titre de magicien.

Le conseil, présidé par Elrond, se tient le lendemain. L'anneau est présenté à l'assemblée et Elrond suggère d'aller le détruire mais Boromir du Gondor ne l'entend pas de cette oreille. Son père, Dénéthor, l'a envoyé ici pour récupérer l'anneau car celui-ci a entendu dire que cet objet contenait un Hobbit. Une dispute générale éclate alors, mais au milieu de la discorde, une petite voix fluette cri « C'est mon oncle ». C'est Frodon qui vient d'intervenir, se rappelant du soit disant message de l'anneau, il est prêt à faire le voyage. Heureux mais en même temps rongé de scrupules, Gandalf décide de l'accompagner. Cependant, Aragorn n'ayant pas confiance en celui-ci, il décide de venir aussi. Légolas, un Elfe, ne fait pas confiance à Aragorn et Gimli, un Nain, ne fait pas confiance à l'Elfe, ils viendront tous les deux. C'est alors que surgissent Sam, Merry et Pippin décidés à partir eux aussi à l'aventure.

Peu après le conseil et peu avant le départ, Bilbon offre à Frodon un t-shirt souvenir et son ancienne épée. Il tentera aussi de toucher l'anneau.

C'est le grand jour ! Réunis dans la cour de Fondcombe, les 9 compagnons s’apprêtent à partir. Elrond leur rappel l'itinéraire à suivre et la communauté se met en route...

Alors que celle-ci fait une pause Gimli se risque à accuser Gandalf d'avoir inventé l'histoire de l'Hobbit dans l'anneau. Celui-ci lui répond par une pirouette que s'il y a un coupable, c'est son imagination et non Gandalf lui-même. C'est alors que Legolas remarque quelque chose d'étrange dans le ciel. Chacun y va de sa petite interprétation mais c'est finalement Legolas qui aura raison, ce sont des corbeaux ! Panique générale, tout le monde part se dérober à la vue de ces féroces volatiles sauf Gandalf qui n'a rien entendu et qui commence à paniquer lorsqu'il se rend compte qu'il n'y a plus personne autour de lui. Les oiseaux passés, les compagnons sortent de leur cachette. Pour les punir de l'avoir abandonné, Gandalf décide de les faire passer par le terrible col de Caradhras. La montée est rude et le temps devient exécrable. Soudain Legolas perçoit dans le lointain quelqu'un qui chante. C'est Saroumane ! Alors qu'il faisait beau , il avait décidé de pousser la chansonnette sur le toit de sa tour. Mais n'ayant suivi aucun cours de chant, il n'a réussi qu'à faire neiger ! Gandalf lui enjoint, bien poliment, de reprendre ses vocalise un autre jour mais Saroumane, trop concentré dans sa musique, attaque le refrain ! C'est le drame ! La puissance de ses cordes vocales désaccordées provoque une avalanche ensevelissant les compagnons...

Tels des écureuils ayant fini d'hiberner, chacun arrive à sortir de la neige et a signifier à Gandalf que sa punition n'a que trop durée ! Boromir propose de passer par le Rohan tandis que Gimli souhaite traverser la Moria. Décidant de ne prendre aucune responsabilité, Gandalf enjoint Frodon à décider. Frodon, qui est certain que Bilbon aurait souhaitait la voir, décide de passer par la Moria.

La compagnie arrive ainsi devant les murs de la Moria. Gandalf explique que depuis que les Nains redoutent son arrivée, la mine est verrouillée par un mot de passe. Arrivé devant la porte, il déchiffre l'énigme à résoudre : « Etre ou chose méprisable n'ayant aucune valeur ». Après des heures d'essais infructueuse, Gandalf laisse tomber. Frodon le pousse à persévérer mais ne récolte de la part de Gandalf qu'un « merde ». Les portes s'ouvrent alors, c'était la bonne réponse. Alors que la compagnie pénètre dans la mine et que Gimli explique que ceux qui pensent que s'en ait une ne sont que le résultat de mariages congénitaux, Boromir comprend qu'il vient de marcher du pied gauche sur un cadavre de Nain. Partout le sol est jonché de cadavres, Gimli ne peut qu' hurler sa tristesse ce qui a pour effet de faire s'effondrer l'entrée de la mine, bloquant les compagnons à l'intérieur qui n'ont alors d'autre choix que de continuer à travers la Moria...

Quelques mètres plus loin, Gandalf est perdu. Le temps passe et la communauté se demande si elle sortira un jour de cet endroit. Gandalf profite de ce temps mort pour avouer à Frodon que l'histoire du Bilbon transformé en anneau n'est qu'une invention de sa part destinée à utiliser Frodon comme porteur. Plus tard, la communauté s'est enfin remise en route quand, au détour d'un couloir Gimli remarque une sépulture qui l'inquiète au plus haut point. Il court vers elle et constate avec horreur qu'il s'agit de celle de son cousin Balin dit Balou. Gandalf récupère le journal d'un Nain et commence la lecture. Alors qu'on apprend comment le Nain a été tué, Pippin-le-curieux astique l'embout d'une flèche fichée dans un cadavre au bord d'un puit. Déséquilibré le cadavre tombe provoquant un fracas assourdissant et les insultes des autres envers le responsable de ce raffut.

Le silence revenu, une alarme retentit. La communauté prend la fuite et est soudain poursuivit par une grosse bête, le Balrog. Alors que tout le monde franchi le pont les reliant à la sortie, Gandalf décide de rester en arrière afin de se confronter au Balrog. Mais le pont s'effondre sous le poids de ce dernier, le faisant chuter. C'est alors que Frodon crie une phrase en japonais, langue comprise seulement par le Balrog. Celui-ci utilise alors son fouet afin d'entraîner Gandalf dans sa chute pour la plus grande satisfaction de Frodon...

Quelques temps plus tard, la Compagnie erre dans la forêt jusqu'à qu'elle croise le chemin d'Alduir, Elfe de la Lotlhorien. Celui-ci leur rappelle que, selon le règlement, les Nains, les Hobbits et les Hommes doivent être déguisés pour entrer en Lothlorien, ce qui fâche Aragorn. Ce dernier arrive à obtenir d'Alduir un entretien avec Galadriel et Celeborn sans déguisement. La Communauté est ainsi présentée à ces derniers. Ceux-ci s'étonnent de l'absence de déguisement sur leur hôte et leur apprennent que Gandalf a été trahi par un membre de la Communauté. Sam jure alors de châtier le traître tandis qu'Aragorn se fait chambrer par Boromir qui l'accuse de l'avoir empêcher de mettre son costume. Pendant ce temps, Saroumane a été mandaté par un Hobbit de la Communauté pour organiser un guet-apens afin d'exterminer le groupe entier. Cependant, la magicien a oublié de quel Hobbit venait la requête, il demande donc à son lieutenant d'épargner et de ramener tous les semi-hommes.

Le lendemain, la Communauté se remet en route sur de magnifiques canoës ouvragés. Alors qu'Elle s'est arrêtée pour la nuit, Boromir scrute avec inquiétude le fleuve : une bûche avec des bras vient d'accoster sur la rive en face, pour Aragorn ça ne peut qu'être le résultat d'un abus d'alcool évident de la part de Boromir. Le lendemain, le groupe effectue un nouvel arrêt. Tandis que Gimli, Aragorn et Legolas s'accuse respectivement d'être le traître, Merry constate que Frodon a disparu. En fait, Frodon s'inquiète du retard des Uruks, les assassins qu'il a mandé. Soudain Boromir apparaît et accuse Frodon d'être le traître. Celui-ci lui explique alors que Gandalf n'a eu que ce qu'il méritait et que Bilbon n'est pas dans l'anneau. Boromir, vexé d'avoir été utilisé, s'énerve et tente de voler l'anneau. Plus tard, Aragorn retrouve Frodon qui a réussi à se débarrasser de Boromir. Alors que Frodon est en train d'avouer qu'il est le traître, les Uruks débarquent. Aragorn les affrontant Frodon en profite pour fuir. Merry et Pippin s'étant judicieusement caché dans un buisson encouragent Frodon à les rejoindre mais celui refuse tout en faisant la moue. Pippin se souvient alors que Frodon l'avait passé à tabac pour Jean-Claude le ragondin et décide d'un commun accord avec Merry de rendre la monnaie de sa pièce à Frodon. Mais les Uruks débarquent, faisant fuir les deux compères et Frodon chacun de leur côté. Voyant Pippin et Merry aux prises avec les Uruks et désireux de passer ses nerfs sur quelques chose, Boromir, tel un tigre assoiffé de sang, bondi sur les Uruks. Il mène un combat héroïque mais bref. Trois flèche parfaitement ajustées de Lurtz, le lieutenant de Saroumane, l'arrêtent dans son élan meurtrier. Pippin et Merry sont alors enlevés, conformément aux ordres reçus. Aragorn, Legolas et Gimli arrivent sur ces entrefaites. Agenouillé au près de Boromir, Aragorn recueil les dernières paroles et volontés de Boromir avant que celui-ci ne s'éteigne. Pendant ce temps, sur la plage, Frodon repense à la manipulation commise par Gandalf et décide de repartir à Hobbitebourg, seul. Mais Sam déboule de la forêt et arrive à grimper dans le canot. Il rappelle à Frodon qu'il lui a fait une promesse, celle d'aller là où son maître ira. Frodon, ému d'une telle dévotion chez son esclave-boulet, l'accepte. Peu de temps après, Boromir, qui a été placé dans un canot comme le veut la tradition, se réveille doucement avant de dégringoler une cascade, le tuant sur le coup. Aragorn, au cri de terreur de Boromir comprend alors que celui-ci n'était pas mort et en fait part à ses compagnons restant. Il explique ainsi à Legolas et Gimli les deux principaux objectifs à suivre, à savoir retrouver Merry et Pippin mais aussi Boromir.

Quelques temps plus tard, Frodon et Sam se retrouve devant un paysage désolé et s'inquiète de ne pas reconnaître le chemin de l'aller. Mais Frodon rassure Sam : « Tous les chemins mènent à Cul-de-Sac ! »..

 

 

 

Le Seigneur des Salauds: Ciel! Mon Bilbon!

Le Seigneur des Salauds: Ciel! Mon Bilbon!

Commenter cet article