[Détournement SDA] Le Seigneur des Salauds : Gandalf, Le Retour - Partie 02

Publié le par Le Duo Comique

Sylvebarbe ou Grand-père feuillage

Sylvebarbe ou Grand-père feuillage

Bonjour tout le monde!

Voici la suite de notre détournement "Le Seigneur des Salauds : Gandalf, Le Retour" film parodique du "Seigneur des Anneaux : Les Deux Tours" de P.Jackson. Nos trois compères, Aragorn, Legolas et Gimli, en poursuivant les kidnappeurs de Merry et Pippin, tombent nez à naseaux sur les Cavaliers du Rohan menés par Eomer.


Vous pouvez aussi nous suivre sur Youtube : https://www.youtube.com/channel/UCiaUlD320pNXpHTZNNB6Qzg

Le Seigneur des Salauds : Gandalf, Le Retour - Partie 02

Script de l'épisode 02

C'est l'effervescence chez Saroumane. Celui-ci exhorte les habitants du Rohan à se rebeller.

SAROUMANE : (à la foule en colère) Écoutez-moi ! Il est plus qu'inadmissible que le Rohan est décidé de supprimer le supermarché ! Tout ça pour construire à la place un quartier résidentiel afin de loger les bobos du Rohan ! Allez reprendre votre bien !

La foule, galvanisée par ce discours aussi virulent que juste, s'égaille en tous sens...

SAROUMANE : (à lui-même) Je récupérerai le supermarché...

Au Château d'or, à Édoras, le neveu du roi des Rohirrim s'inquiète des mouvements sociaux récents...

ÉOMER : Seigneur... tonton... Saroumane monte les gens contre le Rohan ! Il accuse votre politique de ne privilégier qu'une certaine classe... Pour lui, la suppression du supermarché pour le quartier résidentiel est une trahison envers les petites gens !

Un étrange personnage disgracieux fait son apparition...

GRIMA : Seigneur Eomer... vous ne faites qu'exagérer une situation bien légère...

ÉOMER : Je n'exagère rien du tout ! Je ne fais que rapporter des faits !

THÉODEN : (à lui-même) Commence à me faire crotter celui-là...

EOMER : Et je dis qu'il y a matière à s'inquiéter ! Car ses partisans les plus actifs sont réunis sous un groupuscule qui vise à déstabiliser le Rohan en saccageant les quartiers résidentiels et en travaillant en tant que mercenaires ! (et lâchant un casque arborant une large main blanche qu'il cachait derrière son dos) Leur emblème est la main blanche de Saroumane...

GRIMA : (un moment interdit) Pourquoi ennuyer notre Seigneur avec votre ritournelle ?... Regardez-donc... Sir Théoden est las de votre pessimisme éternel... et de votre gueule de con !

EOMER : Ma gueule de con ?... Dis-donc Grima, avant de juger les autres, tu ferais bien d'admirer ta gueule dans un miroir ! Parce qu'au concours des ratés de la nature, tu es en pôle position !... Et saches que si je n'ai rien dit à propos du mariage... c'était pour ne pas faire pleurer ma sœur... (se sentant agripper par derrière) Hein ?... Qu'est-ce que... ?

GRIMA : Votre colère vous fait oublier à qui vous parlez mais je m'en vais vous rafraîchir la mémoire... Le respect de votre supérieur hiérarchique vous ayant manqué et grâce à l'étendue de mes pouvoirs, je vous mets sur une enquête policière...

EOMER : Il n'y a qu'une enquête qui m'intéresse... c'est celle qui arrêtera Saroumane !

GRIMA : Pour vous, la mission est d'arrêter une cavale... Un Homme, un Nain et un Elfe aux mœurs légères sont à appréhender par ordre royal...

EOMER : Ordure !

Quelque part en Terre-du-Milieu trois personnages bien connus continuent une course-poursuite depuis longtemps commencée... Gimli, le Nain est en retard...

GIMLI : (très essoufflé) Oh c'est pas vrai, je suis encore derrière ! Mais si ça continu, je vais crever ! Oh c'est ça, je vais crever ! Mais peut-être que quand je tomberai par terre, ils daigneront bien s'arrêter ! Et m'attendre un petit peu !

La course se poursuit...

LEGOLAS : (du ton d'un instructeur de culture physique) Je ne vous sens pas Gimli ! Ça veut dire que vous êtes très loin de moi ! Alors plus vite Gimli !

GIMLI : (à lui-même) Il parle comme un prof de sport ! Je vais lui mettre la hache dans la gueule moi ! Il va voir s'il va pas la sentir celle-là !

Plus tard, les trois compères courent toujours sous le soleil couchant...

LEGOLAS : Plus vite, Gimli !

GIMLI : (à lui-même) Pfff... Commence à me chauffer !

Plus loin, les Uruks emmenant Merry et Pippin, s'arrêtent, exténués...

URUK : Mes chaussures, elles me font très mal...

LIEUTENANT URUK : Ah non, c'est bon, j'en ai marre là, on arrête !

CHEF URUK : Ok, 5 minutes de pause !

URUK : C'est tout ?

CHEF URUK : C'est déjà trop...

URUK : Ça se voit que c'est pas toi qui porte les Hobbits, merde alors !

Pippin rampe jusqu'à Merry qui s'est mystérieusement éloigné de lui...

PIPPIN : Merry... ça va ?

MERRY : Rappelle-moi un peu, pourquoi on a suivi Frodon et Sam...

Cette seule question pertinente de Merry suffit à déclencher un flashback... Merry, Pippin, Sam et Frodon courent dans la forêt tentant de fuir un mystérieux cavalier noir...

MERRY : Eh Frodon ! J'ai une question ! Qu'est-ce que... qu'est-ce que... qu'est-ce que... qu'est-ce que tu faisais avec Sam dans ce (glissant et venant percuter un arbre) chammmmmmmmps... ?

SAM : On foutait ce qu'on voulait !

FRODON : Exactement !

PIPPIN : Dites les copains, si on pouvait faire vite parce que j'ai un rendez-vous avec Diamond ce soir...

MERRY : Cours la rejoindre, Pippin... Je ne partirai pas d'ici sans mes réponses...

SAM : Couchez-vous !

Les Hobbits s'exécutent promptement, leur petite taille minimisant le trajet à effectuer vers le sol...

CAVALIER NOIR : (à lui-même) Pour gaspiller des champiboums comme ça, c'est sûrement des Hobbits... (à son cheval) Allez, Bilbon, en avant...

Le cavalier s'éloigne dans une nuit aussi noire que ses vêtements et son cheval...

FRODON : (à Merry et Pippin) Sam et moi sommes en mission... on peut pas vous dire où on va...

MERRY : (vexé) Ah ben, je vois... (résolu) Dans ce cas, je vais me saouler la gueule au Poney Fringant, tiens !

FRODON : (paniqué) Mais non c'est là qu'on va !

Retour au présent

MERRY : A mon avis, Diamond t'attend plus...

PIPPIN : Oui...

Près d'eux les bûcherons Uruk, s'occupent de tailler du bois pour le feu de camp autour duquel un groupe écoute une balade à la guitare de l'un d'entre-eux... Aux coups de haches vigoureux répondent de petits gémissements...

PIPPIN : (interloqué) C'est quoi ces bruits Merry ?

MERRY : (réalisant) Ce sont les arbres !

PIPPIN : Les arbres !?

MERRY : Ils parlent comme dans les histoires que nous lisait Gandalf avant de... avant de changer nos couches ! Des histoires auxquelles je ne croyais pas et qui pourtant maintenant, se révèlent vrais, Pippin !

PIPPIN : Qu'est-ce que tu racontes ?

MERRY : Te rends-tu compte ?

PIPPIN : Il a changé nos couches ?

MERRY : Des arbres doués d'intelligence... et de paroles !

Cependant, du côté du commandement Uruk, les estomacs commencent à faire souffrir...

LIEUTENANT URUK : Je fais attention à ma ligne... mais faut pas déconner quand même, il y a plus rien à bouffer les copines !

ORC ANOREXIQUE : (ne pouvant réprimer un irrésistible bâillement dû à l'appel du ventre) Waaa... et en plus que moi, je suis maigre comme... (apercevant les Hobbits en pleine discussion) Oh ! Mais on est cons, les copines ! Il y a de la viande sur pieds !

CHEF URUK : Tut tut ! On ne mange pas les Hobbits, ils sont pour Saroumane !

URUK ANOREXIQUE : Il s'agit pas de les manger entièrement...

VIELLE ORC : Ce qu'il y a dans leur caleçon... ils n'en ont pas besoin ! (s'avançant vers les Hobbits) Oh, juste un petit bout !

CHEF URUK : (la repoussant violemment) NAAOOONNN ! J'ai dit quoi ? Pas touche ! De plus Saroumane veut peut-être les reproduire !

PIPPIN : Je peux avoir un enfant de toi, Merry ?

MERRY : Chut ! Arrête de dire des conneries, Pippin, ça devient dangereux maintenant...

ORC ANOREXIQUE : (s'étant approchée silencieusement derrière les Hobbits) M'en fout moi ! (brandissant sa lame) Je suis en sous-poids, merde !

Mais la chef Uruk, plus vive qu'un éclair du Mordor, décapite l'orc dissidente...

CHEF URUK : Il y a de l'orc au menu ce soir, les copines !

C'est la liesse générale, les Uruks se délectant de l'infortunée orc...

MERRY : (profitant de l'occasion) Bon maintenant Pippin, on arrête un peu les conneries et on se tire !

Les deux Hobbits rampent vers la forêt...

PIPPIN : Pour en revenir aux couches, jusqu'à quel âge Gandalf nous les a changées ?

MERRY : Oh bah, ça s'est arrêté à la puberté, quoi...

PIPPIN : Hein !?

MERRY : (sentant un poids sur son dos) Qu'est -ce que tu fais, Pippin !?

VIELLE ORC : Je reviens sur ce que j'ai dit, je vais pas prendre qu'un bout... (agrippant la tête de Pippin)Tu vas voir, je vais te castrer moi... (un javelot lui transperce le dos) Aïe !

Tandis que l'orc s'écroule, morte, une horde de cavaliers envahie la plaine en manquant d'écraser Pippin... À l'aube, Legolas, Aragorn et Gimli ont repris la course...

LEGOLAS : Plus vite, Gimli !

GIMLI : (visiblement gavé) Oh merde !

LEGOLAS : Vous êtes bien trop lent...

GIMLI : Crétin !

Aragorn s'arrête soudain, les oreilles dressées et la queue tendue...

ARAGORN : J'entends du bruit... (apercevant quelque chose en approche) Mon Dieu, on va se faire écraser ! Vite ! (courant vers un rocher) Allez ! Vite, Gimli, dépêchez-vous, bon sang !

GIMLI : (explosant) OH MEEERDE !

Soudain, une meute de cavaliers armés surgit à vive allure et passe sans se soucier d'avoir frôlé l'accident...

ARAGORN : (remonté, à l'adresse des individus montés) Hé, espèce de chauffards !... (constatant que la troupe entame un demi-tour et se dirige vers eux) Ils veulent se frotter à nous...

En moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, l'écrire ou le chanter, nos trois héros sont encerclés par les cavaliers et menacés de leurs lances... Un cavalier se détache des autres et les apostrophe assez durement...

EOMER : C'est moi où un clodo, une espèce de travelo et une miniature essaient de m'apprendre le code de la route !?

GIMLI : Ouais ! Et ça pourrait aussi se faire à coups de hache dans la gueule, si vous voyez ce que je veux dire...

EOMER : (descendant de sa monture et s'approchant de Gimli) Si j'étais vous, Nain... Je ferai attention qu'une épée ne me rapproche pas la tête du sol !

LEGOLAS : (dégainant et bandant son arc) Le travelo vous tuera avant !

ARAGORN : (tempérant l'ardeur de l'Elfe) Excusez-les, monsieur le garde-champêtre... Voici Gimli, fils de Gloïn et Legolas du royaume Sylvestre... Quant à moi, je suis Aragorn, actuellement rôdeur....

EOMER : Hum, alors ça expliquerai votre affront envers ma personne... Je m'en vais vous débourrer, moi !... Ouais, malgré les apparences, je ne suis pas un vulgaire garde-champêtre ! Je suis juste l'héritier du Rohan, Éomer fils d'Éomund... Et je ne peux m'empêcher de penser que vous m'avez reconnu... donc vous m'avez insulté... volontairement qui plus est ! Et si je n'étais à la poursuite d'un Homme, d'un Nain et d'un Elfe considérés comme Hobbitephiles, je vous aurais fais coffrer moi !

ARAGORN : Vous êtes à la poursuite d'Hobbitephiles ? Quelle coïncidence, nous sommes justement à la recherche de Hobbits, vous pourriez peut-être nous apporter votre aide...

EOMER : Je ne vois pas trop comment vu que l'enquête piétine...

GIMLI : Et si je me déguisai en Hobbit pour servir d'appât ?

ARAGORN : L'écoutez pas... Vous n'avez vraiment trouvé aucun suspect ?

EOMER : Bah c'était pas les bons en fait... on en avait trouvé hier mais après les avoir cuisiné, il s'est avéré qu'ils étaient innocents...

GIMLI : Z' êtes sûr ?

EOMER : Bah je crois oui... En fait, j'en sais trop rien... (il siffle, deux chevaux approchent) Cul ! Chemise ! Ces chevaux appartenaient à deux ex-collègues qui ont décidés de faire cavaliers seuls... Je vous les donne, vous pourrez ainsi continuer l'enquête... Moi, ma passion c'est les chevaux... pour le reste j'ai pas encore mon galop 1... ON SE TIRE !

Et la troupe reprend sa route...Legolas, Aragorn et Gimli arrivent en vu du tas d'Uruk encore brulant laissé par les Rohirrim...

ARAGORN : Mon Dieu... ça pue !

LEGOLAS : Ça sent le Hobbit grillé...

GIMLI : (fouillant le tas) J'ai un peu peur de ce que je vais trouver... et merde... (tombant sur une magnifique ceinture Hobbit ouvragée et grillée) On peut arrêter les recherches...

LEGOLAS : Ils sont morts... à cause d'un traître, Frodon !

ARAGORN : (explosant de rage et envoyant valser un casque Uruk du même coup) Connard ! (il s'écroule à genoux, gémissant) Gnéééhiiiii !

GIMLI : (tentant de ne pas trop culpabiliser) On les a abandonnés...

ARAGORN : (apercevant quelque chose au sol)Tout n'est peut-être pas perdu... Il y a des traces là ! Je dirai même des indices... que je vais essayer d'interpréter pour vous... Un Hobbit était là... il portait des fers à cheval... il a marché... sans trop se presser... vers un objet de nature indéterminée... qu'est-ce qu'il a bien pu faire avec ?... (découvrant l'objet en question, une corde) Oh non... Mon Dieu... C'est parfaitement dégueulasse !... Bref, il a continué à marcher... Là, il est tombé sur son pote qui buvait un... café... Gnéééé... Ne sachant que faire et se sentant désœuvrés, ils ont essayé de faire un saute-mouton avec un cheval... drôle d'idée... Après quoi, ils ont continué à marcher en chassant les papillons et en chantant la « danse des canards »...

LEGOLAS : (estomaqué) C'est extrêmement précis !

ARAGORN : (n'en revenant pas lui-même) Ouais, c'est assez incroyable... Là, ils ont décidé de se mettre à poil !... Je savais pas que les Hobbits étaient naturistes... Après s'être déshabillés, ils se sont pris par la main... ils se sont mis à courir... ils se roulaient des pelles... et enfin... ils ont pénétré dans la forêt de Fangorn...

GIMLI : (dont l'ouïe perçante peut quelque fois défaillir)Ils se sont pénétrés !?

ARAGORN : Ils ont pénétré dans la forêt...

LEGOLAS : Vous êtes sûr pour ça, Aragorn ?... J'ai comme un vieux doute...

ARAGORN : Ça reste à envisager...

Un peu plus tôt, Merry et Pippin fuient à travers la forêt...

MERRY : Vite, Pippin, vite ! Je sens son souffle roque sur mon cou !... Ah non, c'est un papillon, c'est un papillon... c'est rien...

Les deux Hobbits s'affalent sur le sol...

MERRY : (regardant les alentours assez sombres et inhospitaliers) C'est charmant...

PIPPIN : Je préfère la Vieille Forêt...

MERRY : Tu m'étonnes...

Soudain des bruits se font entendre...

VIEILLE ORC : Putain de feuillage de merde !

Les Hobbits reprennent la fuite...

VIEILLE ORC : Je vous ai retrouvés !

MERRY : Vite !

VO : C'est que vous passez pas inaperçus avec vos gueules de cons !

M: (se cachant derrière un tronc) Ici, il nous verra pas...

VO : Allez, courez ! Courez !

M: Il nous a vu ! Vite, il faudrait trouver un terrier ou quelque chose !

P: Oui !

M: Où ça, où ça... Là, l'arbre ! Monte dans l'arbre je te rejoins dans deux secondes !...Une... deux... Je te rejoins !... Allez monte, Pippin, vite !

P: Oui...

Arrivé au sommet, Merry scrute dans les parages...

M: Il est parti... (le pied attrapé par une main vigoureuse) Oh ! AïïÏe !!! (il tombe et assène un violent coup de pied dans la tête de l'orc) Oh, je l'ai eu ! Je l'ai eu !...

P: Arrête de faire le con !

M: (off) Tu crois que ça m'amuse !

Sylvebarbe : Humpf ! J'étouffe ! Je vais mourir !

P: Aaaah !

VO : Allez, retire ton slip, espèce de petit morpion, va !

M: Un arbre qui bouge, je deviens louf !

P: Merry, sauve-moi !

M: On se retrouve à Hobbitebourg !

P: Salaud !

S: Viens par ici, toi !... Bien, je crois pouvoir affirmer que ma mission est accomplie...

P: Vous êtes Grand-Mère Feuillage, c'est ça ?

S: Grand !?... Oser me comparer à cette caricature d'Ent...

M: On est fan de vous ! On a suivi toutes vos péripéties !

P: Tu vois bien que c'est pas elle !

S: Ah !

P: C'est Grand-Père Feuillage...

S: Vous allez arrêter tous les deux ? Ou je vous écrabouille !

P: Bon... C'est Grand-Mère ou Grand-Père ?

S: C'est pas vrai ! Je suis pas celle que vous croyais que je su... enfin je... je suis pas celui que... Qu'est-ce qui m'a pris encore, d'écouter ce magicien fou ! J'ai autre chose à foutre moi ! Je dois chercher une femme ! Oui, je suis amoureux !

M: Mais on s'en fout de vos histoires ! On veut rentrer chez nous !

P: Oui !

S: Ce n'est pas possible... mon ami m'a demandé... enfin, qu'est-ce que je raconte, moi ?...mon ami... Une ordure, oui !... Un sac à merde !... Un grand connard comme on l'appelle dans toute la région !... D'ailleurs, s'il a ce surnom, ça n'est sûrement pas pour rien, non !... Tout mythe à sa propre vérité, c'est ce que je dis toujours !

M: Vous savez, on avait un ami... et vous allez peut-être pas le croire mais c'était aussi un gros connard ! Eh ben, on l'a tué !

S: Oui... mais je ne peux malheureusement pas faire ceci... pour la simple et bonne raison que c'est lui qui me donne mon engrais !

P: Oh mon Dieu, pas ça !

M: Quelle tristesse...

Les deux Hobbits sont lâchés à terre devant un personnage de haute et lumineuse stature...

Publié dans "Gandalf - Le Retour"

Commenter cet article

Angelilie 26/03/2017 21:41

beau blog. un plaisir de venir flâner sur vos pages. une découverte et un enchantement.N'hésitez pas à venir visiter mon blog. au plaisir